Le Mexique tente d'empêcher la vente aux enchères d'art préhispanique en France

04/02/2021

L'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique (INAH) a annoncé mardi son intention d'interrompre une vente aux enchères de 30 pièces d'art préhispanique issues des cultures mexicaines, prévue pour le 9 février à Paris.

Le gouvernement mexicain n'est pas et ne sera jamais d'accord avec le pillage et le commerce illégal du patrimoine des nations", a déclaré le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, dans un communiqué de presse.

Prieto a révélé que l'institution qu'il dirige a intenté un procès au bureau du procureur général (FGR) pour faire cesser les enchères annoncées sous le titre "Quetzalcoatl : serpent à plumes (en espagnol)".

"(La vente aux enchères) intègre des actes qui, pour les Mexicains, ne sont pas admissibles, et qui ont trait à la commercialisation du patrimoine de notre nation", a défendu le directeur de l'INAH.

L'Institut national d'anthropologie et d'histoire a déposé la plainte auprès du bureau du procureur général du Mexique le 29 janvier, car selon lui "la vente aux enchères suggère au moins deux délits punissables par la loi mexicaine : le transport illégal de biens historiques et leur commercialisation.

"La loi fédérale de 1972 sur les monuments et les zones archéologiques, artistiques et historiques établit que les biens archéologiques mexicains sont inaliénables, imprescriptibles et insaisissables, de sorte qu'ils ne sont soumis à aucun acte de commerce", a-t-il déclaré.

Parmi les pièces qui seront mises aux enchères, a-t-il expliqué, il y en a qui "remplissent les conditions pour prouver qu'elles appartiennent aux cultures indigènes" du Mexique, et il a même accusé la maison de vente aux enchères, Christie's, d'essayer de "commercialiser de fausses pièces".

Prieto a déclaré que l'INAH travaille "selon trois lignes d'action" : la plainte auprès du parquet et deux autres, qui sont la coopération internationale et même le recours à Interpol.

Pour ce faire, il a déclaré être en contact avec le ministère des affaires étrangères et l'ambassadeur du Mexique en France, Juan Manuel Gomez Robledo, qui a déjà protesté auprès des autorités françaises.

"Une troisième ligne que nous travaillerons avec le bureau du procureur général sera de vérifier si nous sommes en présence de biens qui ont été déclarés (classifiés) à Interpol", a-t-il déclaré.

Prieto a précisé que cette différence "n'est pas avec la France ou avec l'État français, mais avec un acte de commerce qui ne devrait pas avoir lieu".

En outre, il a souligné le dialogue proactif que la secrétaire (ministre) à la culture du gouvernement mexicain, Alejandra Frausto Guerrero, entretient avec ses homologues français, et a rappelé des cas de collaboration fructueuse entre les deux nations, comme la restitution, en 2015, du bas-relief olmèque de Xoc, volé dans les années 70 du XXe siècle.

Il a également salué le travail que le ministère de la culture maintient avec des institutions telles que la Garde nationale et, au niveau international, avec les Carabiniers d'Italie, pour échanger des expériences et avancer dans la création d'un organisme mexicain dédié à la protection du patrimoine culturel.

Par Mexicanist